Personal tools
You are here: Home Projets SEGRI

SEGRI


Système d’évaluation et de gestion des risques d’inondation en milieu fluvial (SEGRI)

PROBLÉMATIQUE ETCONTEXTE :

Le projet vise la problématique des risques actuels d’inondation, ceux reliés aux éléments vulnérables existants et qu’on retrouve partout comme des faits accomplis sur les berges des cours d’eau. Nous croyons que les politiques actuelles interdisant les nouvelles constructions en zone inondables (Loi sur la qualité de l’Environnement, Loi sur l’Aménagement et l’Urbanisme) et auxquelles nous souscrivons entièrement sont arrivées trop tard dans bien des cas pour contenir le développement urbain en zones inondables. C’est un état de fait qui doit maintenant être adressé pour compléter l’approche préventive des politiques publiques actuelles.

Nous espérons en effet, par une approche curative complémentaire prenant acte de la situation présente, contribuer à mieux diagnostiquer la nature et le coût récurrent des risques actuels à l’échelle du réseau hydrographique, et à les résoudre. Puisqu’elle contribuera à réduire à long terme les dommages, elle a également les qualités d’une approche préventive.

BUT ET OBJECTIF(S) :

 

    Le projet vise à développer une méthodologie intégrée qui cherche d’abord :
    1. à établir le bilan des risques actuels d’inondations sur un cours d’eau ;
    2. à élaborer une stratégie intégrée de réduction des risques qui se justifie par sa rentabilité économique, tout en respectant des critères de durabilité, de respect du milieu naturel et d’équité entre les divers intervenants à risque du bassin ;
    3. à proposer une gestion des risques résiduels par une concertation des intervenants.

 

Il vise aussi à démontrer la faisabilité et la pertinence de l’approche par une application au tronçon de la rivière Chaudière situé à Ste-Marie-de-Beauce. Des outils et méthodologies validés seront ainsi élaborés en vue de leur application sur d’autres bassins, pour d’autres MRC et municipalités.

Nos travaux précédents ont mis en lumière divers goulots d’étranglement qui doivent être adressés pour rendre les outils génériques et utilisables pour les applications visées. Nous avons besoin d’un modèle de terrain précis pour calculer les profondeurs de submersion, et d’une modélisation fine pour évaluer l’impact de changements morphologiques. Nous devons évaluer localement les dommages et les risques.

Puisque la précision des réponses fournies dépend en grande partie de la précision des mesures de terrain, la qualité et la quantité de ces mesures deviennent critiques pour la rentabilité et l’accessibilité des projets de modélisation.

MÉTHODOLOGIE :

Une méthodologie où les principes d’intervention sont formulés explicitement (équité, non-transférabilité, durabilité) et de nouveaux instruments de calcul informatisés faisant appel à la géomatique et à modélisation numérique seront élaborés. Les variables visées sont l’altitude du terrain en zone inondable (géomatique), les débits naturels ou influencés (hydrologie), les niveaux d’eau et les vitesses de courant (hydraulique), le potentiel de vulnérabilité en zone inondable (S.I.G.) ainsi que les coûts des dommages (économétrie).

Le projet se veut donc axé sur le développement d’instruments précis et innovateurs qui seront mis à l’épreuve dans un contexte de démonstration sur la rivière Chaudière en collaboration avec la Municipalité de Ste-Marie-de-Beauce.

RÉSULTATS ESCOMPTÉS :

 

    Les résultats escomptés sont de deux sortes :
    1. une méthodologie d’analyse et de réduction des risques d’inondation appliquée et validée sur une rivière ;
    2. un logiciel qui soutient cette méthodologie.

 

La méthodologie s’appuie sur les cartes de risques qui mettent en évidence des zones sous-protégées et des zones surprotégées, synthétisent la situation existante mais aussi les aménagements projetés. Ces cartes sont la base d’une compréhension du risque d’inondation.

Le logiciel est dans la lignée des MODELEUR/HYDROSIM et HABIOSIM. Il en réutilise la base de donnée et les fonctionnalités de base. C’est un outil de traitement spatial spécialisé, assimilable à un Système d’Information Géographique (S.I.G.).

PROGRÈS ENVIRONNEMENTAL:

Le présent projet est innovateur par l’accent mis sur l’intégration hydro-environnementale de modèles de terrain détaillés, de modèles hydrauliques et de modèles d’évaluation des dommages, et par la convivialité du système. Il est innovateur par ses méthodes numériques performantes, sa programmation orientée-objet, ses fonctionnalités informatiques et graphiques, son caractère multidisciplinaire et son approche de partenariat. C’est probablement la première fois que l’on mettra à la disposition des intervenants du milieu hydrique un outil permettant de faire des études détaillées de la dynamique des inondations et de la vulnérabilité des zones riveraines. Pour ces raisons, il se situe d’emblée à l’avant-garde de telles démarches au Canada, voire, dans le monde.

 

    L’intérêt se situe globalement à trois niveaux :
    • minimiser les risques humains et matériels reliés aux inondations ainsi que leurs coûts récurrents ;
    • développer une technologie générique, économique, durable et environnementalement viable pour contrôler les risques d’inondation ;
    • doter les municipalités d’une habilité accrue à gérer le risque résiduel basée sur une meilleure connaissance du risque sur les territoires municipaux.

 

Le système proposé adresse des domaines d’intervention dont les coûts pour le Québec et le Canada peuvent atteindre des millions de dollars récurrents. Une diminution des risques serait de nature à diminuer les coûts ou à accroître l’efficacité des mesures.

POTENTIEL COMMERCIAL :

Pour avoir conduit une étude de marché pour les logiciels MODELEUR/HYDROSIM dans le cadre du projet MÉTRIQUE, il est apparu qu’il existe un marché pour des logiciels d’hydraulique fluviale, mais qu’il n’est pas très grand. Par contre, comme la prévention des risques d’inondations est une responsabilité ultime des gouvernements fédéral, provincial et municipal, l’intérêt public est manifeste. Dans ce sens, il s’agit beaucoup plus d’un marché de services de consultation que l’on peut rendre avec l’outil, que d’un marché pour l’outil. L’engagement de trois partenaires privés dans le projet le montre bien.

En permettant de prouver la rentabilité économique d’interventions pour réduire les risques liés à l’occupation actuelle des zones inondables, le projet va ouvrir le marché de la cartographie des risques aux consultants ainsi qu’aux entreprises de géomatique, et plus particulièrement au laser aéroporté. À cet égard, il renforce la place grandissante du Québec sur le marché de la géomatique. Il pave également la voie à une politique d’assurabilité des zones d’inondation en permettant de déterminer avec précision les risques encourus et la rentabilité des actions.

La cartographie des risques d’inondation intéresse directement les municipalités qui doivent en tenir compte dans leurs plans d’aménagement, les compagnies d’assurance qui seraient en mesure d’offrir des produits d’assurance dans ces zones, mais aussi la protection civile qui aurait une base pour planifier des interventions en cas d’inondation. Il est essentiel pour les firmes canadiennes et québécoises de pouvoir offrir une technologie informatique originale leur permettant de se démarquer de l’offre internationale. C’est dans l’exclusivité de ses outils et dans son savoir-faire original dans un marché de services que se trouve l’intérêt économique du Québec.





Chapitre: projets ( 2 / 7 )


Document Actions